Café Joyeux dans une démarche d’écologie intégrale

PUBLIÉ LE 04/12/2019  PAR  Paul D'ORNANO

Ce mois-ci, notre aventure de l'écologie intégrale nous emmène chez Café Joyeux ! Cet adhérent du Cèdre, bien connu aujourd'hui, est profondément ancré dans l'écologie intégrale, et comme ils sont les mieux placés pour nous expliquer leur chemin, nous leur laissons la parole !
Bonne lecture !

 

« On ne peut vouloir le bien des hommes si l'on omet d’accomplir des actes pour préserver l'ensemble de ce que qui a été créé. »

À l’image de cette citation, nous tentons de mettre en oeuvre le message qu’elle délivre depuis maintenant 2 ans par le lancement de Café Joyeux. En effet, le premier a ouvert à Rennes le 20 décembre 2017 dans le centre de de la ville. Lors de la journée mondiale de la trisomie 21, le 21 mars 2018, un nouveau Café Joyeux a ouvert ses portes à Paris dans le IIème arrondissement, dans le quartier de l’Opéra. Quelques mois après, nous ouvrions un 3ème, Passage Choiseul, dédié à la vente à emporter et aux livraisons

 

 

En quelques mots, Café Joyeux qu’est-ce que c’est ?

Un état d’esprit ? Non pas seulement !
Il s’agit d’une entreprise solidaire qui forme et emploie des personnes en situation de handicap mental. L’objectif est de redonner confiance et dignité à ces personnes par le travail en les insérant professionnellement en milieu ordinaire dans un café-restaurant en coeur de ville.

Il n’y a pas de critère pour avoir un métier. Yann Bucaille, fondateur des Cafés Joyeux en est convaincu depuis sa rencontre avec Théo.

Yann, à bord d'un catamaran de 18 mètres, Ephata, en côte bretonne, propose des virées en mer aux personnes en souffrance (maladie, handicap, exclusion). À son image, larguons les amarres, larguons nos différences et nos préjugés !

En 2014, au retour d’une belle navigation sur Ephata, Théo, jeune autiste de 20 ans, s’adresse à Yann en lui disant : « Captain, il paraît que tu es patron ; t’as pas un métier pour moi ? ». Yann, n’ayant rien à lui proposer, voit Théo se mettre en colère et lui répondre : « Ce n’est pas juste, je suis handicapé, c’est vrai, mais je peux être utile. »
Ce fut le déclic de l’aventure CAFE JOYEUX.

Ce sont maintenant 22 cuisiniers et serveurs joyeux : nos fiers équipiers, qui travaillent en CDI dans les 3 cafés, en plus des 6 managers et encadrants.

 

 

 

Chez Café Joyeux, nous souhaitons vivre et faire vivre la rencontre et l’échange . Certains équipiers ont des moments de « joie » qu’ils ont à coeur de partager et d’extérioriser, et pour autant, par moments, la fatigue, la peur de l’erreur, ou une même une simple baisse de moral peut prendre le dessus. S’entraider, tant personnellement que professionnellement, et pouvoir compter sur son équipe aide nos équipiers à se dépasser au quotidien.

Oser travailler ensemble avec nos fragilités.

Encourager la rencontre, avec nos différences.

Cuisiner, servir et partager dans la joie, ouvrir nos coeurs.

Notre mission, c’est la rencontre ; la rencontre de la fragilité, la rencontre des fragilités. Les équipiers joyeux sont des personnes fragiles, on le sait, on le voit souvent, ils ont un handicap mental, des troubles cognitifs etc. Pour les personnes trisomiques cela se voit, pour certaines personnes avec autisme cela ne se voit pas toujours, c’est la fameuse différence invisible au premier abord, mais très vite perceptible dès qu’un contact humain se crée.

Nos convives sont apparemment forts, physiquement, intellectuellement, ils sont vifs, ils vont vite, ils « réussissent ». Ils sont beaux, bien habillés, parfois très maquillés, avec des vêtements à la mode, ils sont souvent séduisants dans notre monde de l’apparence ; mais en réalité ne sont-ils pas fragiles, eux aussi, d’une certaine manière ? Ne se cachent-il pas sous cette carapace, derrière ce rempart, une forme de fragilité insidieuse, plus difficile à déceler, mais peut-être justement plus importante, précisément parce qu’elle n’est pas assumée. Cette fragilité que nous avons tous, chacun de nous, en nous, est d’autant plus grande que nous ne l’acceptons pas ; au-delà de notre volonté de puissance, de cette quête de succès, de cet orgueil toujours présent, un peu présent, jamais totalement disparu, il y a en nous une forme de vulnérabilité.

Étonnamment, cette vulnérabilité, dès lors que nous l’acceptons, devient une force. Cette peur de savoir que seul, je n’y arriverai pas, que seul je ne réussirai pas, que seul je n’existe pas, parce que je ne suis pas infaillible, parce que j’ai mes limites, parce que je ne suis pas parfait, parce que j’ai aussi mes défauts ; si j’accepte cela, cette peur se transforme en une grande joie, c’est l’émerveillement de prendre conscience que par l’acceptation de ma vulnérabilité, je deviens plus fort réellement, véritablement.

D’un point de vue économique et écologique…

Une véritable économie est possible si nous ne suivons pas le dictat d’une société actuelle de consommation. Un véritable gain est possible par nos petits actes quotidiens : valorisation et tri des déchets, compost dans notre cuisine, recyclage du marc de café, préparation de plats dans les bonnes proportions et au bon moment pour éviter tout gaspillage.

Café Joyeux s’engage dans une démarche environnementale et l’a totalement inclue dans ses objectifs. Nous avons opté pour des packaging compostables et évitons d’avoir recours au plastique.

Face à la raréfaction des denrées, de ressources naturelles et essentielles à tous, notre devoir est de responsabiliser chaque individu et de le sensibiliser . De plus, tous les produits que nous servons sont faits maison.

Nous avons diversifié nos recettes tout en ayant instauré des cartes par saison (carte automne – été – hiver -printemps) avec l’idée de consommer des légumes et produits de saisons (pas de tomates en hiver mais des soupes de butternut, patates douces, en faisant redécouvrir & apprécier ces « vieux légumes »).

Nous tentons d’acheter au plus proche pour éviter les circuits longs de distribution et ainsi nous privilégions les producteurs français et locaux.

Chez Café Joyeux, rien ne se perd, tout se transforme ! Nos invendus sont donnés à une association qui lutte contre le gaspillage alimentaire et distribue à d’autres associations telles que les restos du Coeur, Croix Rouge Française, Secours Catholique.

Enfin, pour aider à financer ce projet, Café Joyeux lance sa propre marque de café en grains et en capsules. C’est un café de qualité, torréfié, conditionné, emballé dans un ESAT par des personnes porteuses de handicap.

100% des bénéfices de la vente des coffrets de cafés (en capsules, compatibles avec les machines NESPRESSO ou en grains) aident à financer l’ouverture des futurs Café Joyeux.

Vous avez aimé ? N’hésitez pas à partager !

Commentaires

1 Comment

  1. Sohm Claudine dit :

    BRAVO et MERCI: beau, très beau témoignage que autre chose est possible dans notre socièté; continuez avec courage

Laissez un message !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *