Vous êtes ici :

L’argent est un très mauvais maître… mais un très bon serviteur !

Partager sur twitter
Partager sur linkedin
fusee_financement

La mission que vous remplissez au sein de votre structure passe par la réalisation de projets. Entrepreneurial, culturel, philanthropique, pédagogique, immobilier… Quelle que soit la nature de vos projets, ils incarnent votre mission et la font vivre. Une vision claire du but à atteindre est l’élément indispensable pour se lancer dans l’aventure… mais la question du financement arrive très vite derrière, tant il est vrai que l’argent, s’il est un très mauvais maître, est un serviteur efficace !

Il est donc crucial d’adopter la bonne stratégie de financement le plus en amont possible : construction et financement du projet avanceront par la suite de manière conjointe tels 2 skis de fonds assurant l’avancée pérenne et harmonieuse du tout.

 

Pour bâtir une tour, commencer par s’asseoir pour calculer la dépense 

Votre stratégie de collecte commence dès la conception du projet. Elle passe par la mise en place de pré-requis au financement : une équipe de gouvernance solide composée de personnes de compétences et d’expériences complémentaires, une vision clarifiée du projet pour être communicable, et enfin une structuration juridique ajustée aux enjeux (notamment immobiliers). Ce triptyque est indispensable pour avoir une communication à même de convaincre des potentiels financeurs et ainsi adapter l’ingénierie financière (proportion de dons, subventions et prêts).

 

Les petits ruisseaux font les grandes rivières

Une fois la stratégie établie, sa mise en place s’effectue à travers 3 grands canaux :

  • Les DONS à collecter auprès des donateurs “grand public” (financement participatif) et/ou auprès de “grands donateurs » (mécénat français et international).
  • Les SUBVENTIONS à rechercher auprès des organismes publics français ou encore de fonds européens.
  • Les PRÊTS à contracter, soit sous forme d’emprunts obligataires, soit plus classiquement auprès de banques -après intervention, si nécessaire, d’un courtier-.