Vous êtes ici :

Vivre le décret tertiaire autrement

Partager sur twitter
Partager sur linkedin
decret_tertiaire_autrement_4

L’approche que nous vous proposons vise à changer de perspective sur ce décret, de l’appréhender autrement.  

 

1 – Changer de perspective sur la réglementation

Sortir de la règle et retrouver l’esprit de la règle.

Beaucoup d’erreurs ont été commises lors de l’application des précédentes réglementations (à commencer par l’accessibilité handicapé – ADAP) parce qu’appliquées à la lettre de manière dénuée de bon sens.

Or, le bon sens, c’est se donner le temps de prendre du recul et de décloisonner les problématiques.

 

D’abord avec une réflexion bâtiment plus large : quel est mon usage actuel et à moyen terme ? Y’a-t-il d’autres travaux à envisager en même temps (rafraîchissement, confort, réaménagement, accessibilité handicapés, sécurité incendie…) ? Cette contrainte peut-elle être l’occasion de construire le schéma directeur immobilier / plan pluriannuel d’investissement que vous avez en tête depuis des années, mais qui n’a jamais été posé par écrit faute de temps?

Ensuite une réflexion énergétique plus large : Ai-je déjà actionné tous les leviers pour acheter moins cher (contrats de fournitures) ? Ai-je pensé à toutes les solutions pour acheter moins (en modernisant votre système de chauffage, en isolant… ) ? Acheter mieux (énergies moins polluantes) serait-il une problématique à remettre sur le haut de la pile des sujets à aborder ? Ne serait-ce pas le bon moment pour consommer mieux en travaillant sur les usages et habitudes de l’établissement ?  

 

2 – Changer de perspective sur l’écologie

“L’écologie” est malheureusement très galvaudée. On voit sur le domaine 3 écueils :

a) Le premier est idéologique : n’avoir qu’un prisme environnemental, lui-même souvent très réduit à l’impact carbone.

b) Le deuxième est mercantile : Les labels fleurissent (“bio”, “éco”, “BBC”, “RT”…), les solutions/produits correspondants aussi (capteurs high tech, isolations à 0 €, matériaux miracles…) tous étant présentés comme étant la panacée et vendus à grand renfort de publicité.

b) Le troisième est sceptique/attentiste : Politique de l’autruche ou de réaction face aux abus de la filière alors qu’il y a des vraies questions thermiques (avec des conséquences écologiques, financières et de confort) et des vraies solutions faciles à mettre en place.  

 

Notre approche est de mettre d’abord l’homme au cœur et ensuite d’avoir une vision globale, “intégrale” de l’écologie dans votre établissement : la capacité qu’a le bâtiment à accueillir les personnes fragiles, à permettre les échanges entre les utilisateurs des bâtiments et l’activité de ceux qui y travaillent, son impact et son insertion dans son environnement etc. En bref, un bâtiment comme dans la vie : tout est lié !

 

Le pragmatisme/bon sens vise avant tout une approche promouvant la “sobriété”. Des bonnes solutions existent, mais elles ne sont jamais universelles et encore moins une fin en soi. Tout l’éco-système (maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre, entreprises) peut contribuer à identifier ces solutions au cas par cas. Chaque établissement a besoin d’être éclairé sur les différents enjeux pour avancer à son rythme en fonction de ses convictions et possibilités.